Sarah M

J’ai découvert le yoga à 18 ans, non seulement comme un soulagement aux déséquilibres d’une vie trop cérébrale, mais aussi comme une révélation : grâce à lui les choses commencèrent à prendre du sens, ensemble. Le yoga comme « un pont », un fil de « reliance » entre le corps et la psyché, entre l’intériorité et l’extériorité. Un outil d’union à soi, puis au monde. Il a eu pour moi un impact thérapeutique fort et s’est révélé un merveilleux outil d’épanouissement.

Formée en Espagne auprès d’Amable Diaz, (elle-même formée par Eva Ruchpaul à Paris, enseignante de yoga et psychologue clinicienne chevronnée), j’ai reçu un enseignement axé sur l’efficacité des techniques yoguiques quant à l’équilibre psycho-physique (apaiser et prévenir les troubles psychosomatiques tels que le stress, l’anxiété, l’insomnie, l’hyperémotivité…) sans omettre l’ouverture spirituelle.

J’ai pratiqué différents styles de yoga (Kundalini, Iyengar, Hatha…), différentes voies psychothérapeutiques (psychanalyse, chamanisme amazonien, Rei Ki), expressives (chant, danse), et exerce par ailleurs le métier de professeur des écoles. Tout cela influence en filigrane ma manière d’enseigner le yoga.