Cyril

Cyril 14 juin 2015

J’ai pris mon premier cours de yoga en 2002 pour gérer le stress, notamment au travail, mais aussi avec la perspective de trouver des réponses plus satisfaisantes à des questions fondamentales sur la vie, comme beaucoup d’occidentaux finalement. Un évènement décisif s’est produit en 2007 avec la décision de participer à la formation des professeurs Sivananda à l’ashram de Neuville aux Bois, qui m’a véritablement laissé entrevoir une nouvelle perspective sur le monde et sur moi-même.

La suite logique fut de m’engager en tant que staff dans les centres de yoga Sivananda, à Paris pendant trois ans puis deux années à Madrid, parsemées de plusieurs longs séjours en Inde, à Vrindavan et dans les Himalayas, pour enseigner dans des formations de professeurs et participer à des pèlerinages. Pendant cinq ans, j’ai quotidiennement étudié, pratiqué et enseigné de manière intensive les asanas (postures), le pranayama (respiration), la méditation mais aussi les autres chemins du yoga: bhakti yoga (voie dévotionelle), karma yoga (service désintéressé) et jnana yoga (voie de l’intellect), en me préparant même pour une vie monastique (sannyas).

A la fin de l’année 2012, la décision est venue de poursuivre et d’approfondir mon chemin spirituel “dans le monde”. Des rencontres importantes d’enseignants occidentaux contemporains s’inspirant de l’Advaita Vedanta (non dualité) ont eu lieu en France et en Californie: Francis Lucille surtout, mais aussi Rupert Spira, Jeff Foster et Adyashanti. Une autre rencontre inattendue mais décisive s’est produite avec Aédàn. L’idée de s’associer pour créer un centre de yoga est apparue au printemps et s’est matérialisée 6 mois plus tard avec l’apparition du local et la naissance d’Eka Yoga.